Écrit le 20 mai 2014 par Horizons

Vente directe : des oeufs servis sur un plateau

Les ventes ne sont pour l’heure que marginales au regard d’une production de 16 000 poules – moins de 1 % – mais le couple d’agriculteurs de Rodelinghem y croit. Depuis mai dernier, Bernard et Karine Bouclet réapprovisionnent régulièrement le distributeur automatique d’oeufs qu’ils ont installé. Une machine qui permet de commercialiser des boîtes de 6 oeufs, tandis que l’essentiel de leur production continue de prendre la direction d’un centre de conditionnement nordiste. À l’intérieur du distributeur, ceux-ci sont conservés à une température de 18 °C.

Diversification commerciale

Preuve que le système a rencontré son public, « nous réapprovisionnons tous les deux jours alors que la date limite de consommation légale des oeufs est de 28 jours », affirme Karine Bouclet. Plusieurs contrôles réguliers attestent de la qualité sanitaire de la production. Le distributeur fonctionne 7 jours sur 7 et 24 h/24. Vendue à 1,20 euros, la boîte de 6 oeufs affiche un prix inférieur à la plupart de ceux affichés dans les rayons de la grande distribution. « Ce prix peut paraître faible, mais il suffit à couvrir le prix de revient de l’oeuf, la marge et l’investissement dans le distributeur », assure Bernard Bouclet. Installé sur l’exploitation familiale de polyculture-élevage depuis 2007, « J’ai toujours connu la production d’oeufs sur la ferme », poursuit l’agriculteur.

Ludique et pratique

Le lieu d’implantation du distributeur est stratégique puisqu’il devance l’un des bâtiments d’élevage de l’exploitation et son parcours herbager attenant. La clientèle comporte des consommateurs « de tous âges », constate l’éleveur. Et résidant dans un rayon proche. « Il y a un côté ludique dans le fait d’avoir les poules à proximité », explique l’éleveur. Quant à la relation humaine entre vendeur et client que l’on recherche par la vente directe, « elle existe toujours », selon M. Bouclet. En effet, « lorsque l’on voit quelqu’un au distributeur et que l’on est disponible, on peut toujours aller à sa rencontre et parler de notre production ».

Elargissement et regroupement de produits

Selon l’éleveur, ils seraient pour le moment moins d’une dizaine de producteurs-vendeurs en France à exploiter ce type de machines. « C’est un système qui plait aux consommateurs et qui nous permet de libérer du temps », assure Bernard Bouclet. Qui ajoute : « les acheteurs sont prêts à revenir faire leurs courses à la ferme, mais il faut leur faciliter la tâche ». La livraison d’une boîte d’oeufs via le distributeur automatique demande moins d’une minute. Dans deux communes voisines, le même type de machine est associé à des distributeurs de pommes de terre ou de légumes. « C’est en quelque sorte un regroupement de l’offre », reprend M. Bouclet. Des projets plein la tête « parce qu’il faut sans cesse être à l’écoute des consommateurs », il envisage dès l’automne prochain de proposer des oeufs sous un conditionnement différent. Voire de proposer d’autres produits.

Vincent Fermon

 

Découvrez l'intégralité de l'article dans le Journal Horizons NPDC
Partager sur

En relation avec cet article