Archives du mot-clé oeufs

oeufs

Oeufs : des prix à la production en progression en novembre

oeufs

Au mois de novembre, le prix à la production de l’œuf est en progression de 20% par rapport à novembre 2015 et de 14% par rapport la moyenne quinquennale, rapporte le ministère de l’Agriculture dans une note de conjoncture parue le 9 janvier.

Le ministère note que cette hausse intervient «dans un contexte de production française plutôt réduite et de demande intérieure soutenue.» En effet, au cours des neuf premiers mois de 2016, la production totale d’œufs de consommation calculée par bilan est en baisse (- 2,9%) par rapport à la même période en 2015. Cependant les prévisions tablent sur une hausse de la production d’œufs de consommation de 5 % pour le mois de février 2017, en glissement annuel.

oeufs

L’interprofession de l’œuf fixe un objectif de 50% de poules en élevage alternatifs d’ici 2022

oeufs

« On veut faire 50% d’œufs alternatifs d’ici 2022», a déclaré Philippe Juven, président du CNPO (interprofession de l’oeuf), lors du lancement du contrat sociétal d’avenir (CSA) en conférence de presse à Paris, le 14 octobre.

Aujourd’hui, 32% des œufs produits en France le sont dans des élevages alternatifs (sol, plein air, bio), le reste provenant des élevages en cages aménagées. Avec le CSA, la filière entend répondre à une demande de plus en plus forte pour les œufs alternatifs. «Nous avons estimé cette transition à 500 M€», confirme Maxime Chaumet, secrétaire général du CNPO. Ce montant inclut les travaux, mais aussi l’achat de foncier pour les parcours des poules. Les sources de financement seront multiples : «Nous sommes en discussion avec nos partenaires financiers», ajoute P. Juven.

oeufs

Œufs : la production française d’oeufs prévue en baisse en 2016

oeufs

La production française d’œufs de consommation (œufs coquille et ovoproduits) devrait être réduite de 3% sur les neufs premiers mois de 2016, selon une note de conjoncture du ministère de l’Agriculture parue le 3 octobre.

En 2015, elle avait affiché une légère hausse (+0,6%), « la troisième année consécutive après le redressement de la production en 2013 .» Concernant les prix à la production, qui avaient augmenté en 2015, ils ont reculé de près de 5% sur le début de l’année 2016, « dans un contexte de concurrence accrue sur les marchés national et européen », explique le ministère. Sur le premier semestre 2016, la consommation des ménages a augmenté de 1,4% (Kantar Panel).

oeufs

Oeufs : la production 2015 a légèrement progressé par rapport à 2014

oeufs

Sur l’ensemble de l’année 2015, la production d’œufs de consommation est «en légère progression» (+0,8%) par rapport à 2014, rapporte le ministère de l’Agriculture dans une note de conjoncture parue le 9 mai.

Toutefois, les premiers mois de 2016 ont été marqués par un «contexte de réduction de la production». Le modèle de prévision de production SSP-ITAVI-CNPO table sur un repli de 2% pour le 1er semestre 2016. La conjoncture internationale est moins favorable pour l’œuf européen, «suite au retour des États-Unis sur le marché mondial», notait le ministère, le mois dernier. Sur le mois de mars, le prix à la production de l’œuf progresse en glissement annuel (+5%), mais se replie de 8% par rapport à la moyenne quinquennale.

oeufs

Œufs : baisse de la production attendue pour février

oeufs

Le modèle de prévision de la production française d’œufs de consommation (SSP-Itavi-CNPO) table sur une baisse de 2,6% du nombre d’œufs, pour le mois de février par rapport à février 2014.

En effet, les mises en place de poulettes de ponte d’œufs de consommation se réduiraient fortement en octobre alors qu’elles étaient quasiment stables depuis le début de l’année, a constaté le ministère de l’Agriculture, dans une note de conjoncture, le 13 janvier. Soutenu par de bonnes exportations, le prix de l’œuf à la production a progressé de 4,7% en novembre (par rapport à novembre 2013). Il se situe au dessus de la moyenne 2009-2013 (+3,7%).

oeufs

FranceAgrimer planche sur l’octroi d’aides aux producteurs d’œufs

oeufs

Le conseil spécialisé Viandes blanches de FranceAgrimer a étudié, le 24 septembre, la possibilité de créer un Fonds d’allègement des charges (Fac) en faveur des producteurs d’œufs, touchés par une grave crise de surproduction en 2013, nous apprend une source proche du dossier.

L’enveloppe allouée à ce fonds serait de 500 000 euros. Elle permettrait de prendre en charge une partie des intérêts des emprunts contractés par des producteurs d’œufs ayant subi une perte d’EBE (excédent brut d’exploitation) importante lors de la crise. Parallèlement, des aides pourraient aussi être accordées aux entreprises de conditionnement d’œufs pour une enveloppe de 800 000 euros.

Vente directe

Vente directe : des oeufs servis sur un plateau

Les ventes ne sont pour l’heure que marginales au regard d’une production de 16 000 poules – moins de 1 % – mais le couple d’agriculteurs de Rodelinghem y croit. Depuis mai dernier, Bernard et Karine Bouclet réapprovisionnent régulièrement le distributeur automatique d’oeufs qu’ils ont installé. Une machine qui permet de commercialiser des boîtes de 6 oeufs, tandis que l’essentiel de leur production continue de prendre la direction d’un centre de conditionnement nordiste. À l’intérieur du distributeur, ceux-ci sont conservés à une température de 18 °C.

Diversification commerciale

Preuve que le système a rencontré son public, « nous réapprovisionnons tous les deux jours alors que la date limite de consommation légale des oeufs est de 28 jours », affirme Karine Bouclet. Plusieurs contrôles réguliers attestent de la qualité sanitaire de la production. Le distributeur fonctionne 7 jours sur 7 et 24 h/24. Vendue à 1,20 euros, la boîte de 6 oeufs affiche un prix inférieur à la plupart de ceux affichés dans les rayons de la grande distribution. « Ce prix peut paraître faible, mais il suffit à couvrir le prix de revient de l’oeuf, la marge et l’investissement dans le distributeur », assure Bernard Bouclet. Installé sur l’exploitation familiale de polyculture-élevage depuis 2007, « J’ai toujours connu la production d’oeufs sur la ferme », poursuit l’agriculteur.

Ludique et pratique

Le lieu d’implantation du distributeur est stratégique puisqu’il devance l’un des bâtiments d’élevage de l’exploitation et son parcours herbager attenant. La clientèle comporte des consommateurs « de tous âges », constate l’éleveur. Et résidant dans un rayon proche. « Il y a un côté ludique dans le fait d’avoir les poules à proximité », explique l’éleveur. Quant à la relation humaine entre vendeur et client que l’on recherche par la vente directe, « elle existe toujours », selon M. Bouclet. En effet, « lorsque l’on voit quelqu’un au distributeur et que l’on est disponible, on peut toujours aller à sa rencontre et parler de notre production ».

Elargissement et regroupement de produits

Selon l’éleveur, ils seraient pour le moment moins d’une dizaine de producteurs-vendeurs en France à exploiter ce type de machines. « C’est un système qui plait aux consommateurs et qui nous permet de libérer du temps », assure Bernard Bouclet. Qui ajoute : « les acheteurs sont prêts à revenir faire leurs courses à la ferme, mais il faut leur faciliter la tâche ». La livraison d’une boîte d’oeufs via le distributeur automatique demande moins d’une minute. Dans deux communes voisines, le même type de machine est associé à des distributeurs de pommes de terre ou de légumes. « C’est en quelque sorte un regroupement de l’offre », reprend M. Bouclet. Des projets plein la tête « parce qu’il faut sans cesse être à l’écoute des consommateurs », il envisage dès l’automne prochain de proposer des oeufs sous un conditionnement différent. Voire de proposer d’autres produits.

Vincent Fermon