Écrit le 20 mai 2014 par Horizons

Philippe Juven : « Il nous faut 6,5 centimes l’oeuf »

Des éleveurs bretons ont procédé à des destructions massives d’oeufs depuis quelques jours. Soutenez-vous ces actions ?
Je comprends le désarroi des éleveurs, notamment ceux qui sont liés à la cotation au jour le jour et qui subissent une baisse sans précédent des cours. La chute des prix qui en résulte entraîne les producteurs comme leurs partenaires de la filière dans des difficultés extrêmement graves. Cependant, je m’interroge sur la nature de ces actions. Jeter des oeufs, les répandre sur la voie publique ou devant les bâtiments officiels… Je regrette qu’il n’y ait pas d’autres moyens pour se faire entendre.
Quelles actions préconisez-vous ?
Au niveau de l’interprofession, nous avons déjà proposé dès le mois dernier de procéder à des abattages anticipés de poules pondeuses, à un allongement des vides techniques et à un respect strict des densités d’élevage ainsi qu’à un gel des projets de création et d’extension d’élevage. Mais aujourd’hui, je pense qu’il faut aller plus loin pour retrouver l’équilibre entre l’offre et la demande en mettant en place des opérations de dégagement sur différents marchés et différentes mesures d’ajustement structurel auxquelles nous réfléchissons avec les pouvoirs publics. Le sujet était d’ailleurs à l’ordre du jour de la réunion du 13 août avec le ministre de l’Agriculture et le préfet de Bretagne. Il faut aussi avoir à l’esprit que cette crise n’est pas spécifiquement française et que les principaux producteurs européens rencontrent les mêmes difficultés.
Comment en est on arrivé à cette situation ?
Si les cours sont aussi bas, c’est parce que la production est sans doute devenue trop importante. Nous estimons l’excédent de l’offre par rapport à la demande à 4 à 5 %. Certains éleveurs ont profité de la rénovation de leurs installations liée à la mise aux normes exigée par Bruxelles en janvier 2012 pour augmenter leurs capacités de production. Au final, les créations et les agrandissements ont été supérieurs aux fermetures. D’ailleurs, j’observe que chaque fois que Bruxelles a imposé de nouvelles mises aux normes dans le passé, le marché s’est retrouvé saturé quelques mois plus tard.
Quel est le prix d’équilibre pour les producteurs ?
La publication de la cotation par le journal Les Marchés est actuellement proche de 5 centimes l’oeuf. Si on enlève le calibrage, l’emballage et le transport, il ne reste plus que 3,5 centimes à l’éleveur. Ce qui est largement insuffisant pour couvrir les coûts de production historiquement élevés, notamment ceux de l’aliment qui ont augmenté en 2011, 2012 et même en 2013 ainsi que les amortissements des investissements de mise aux normes qui viennent d’être réalisés. Pour que les éleveurs retrouvent quelques marges de manoeuvre, il faudrait un prix minimum de 6,5 centimes.
Quel jeu joue la grande distribution ?
Incontestablement, la grande distribution profite des prix bas et ne se gène pas pour accroître la pression sur ses fournisseurs. C’est la politique qu’elle pratique généralement même quand les prix sont plus rémunérateurs. Mais je dois reconnaître que la pression est encore plus forte aujourd’hui.
Deux inspecteurs généraux nommés pour aider la filière
 
Stéphane Le Foll a nommé deux inspecteurs généraux, Muriel Guillet et Yves Riou, pour effectuer une mission ministérielle d’appui à la filière oeufs française, indique le ministère de l’Agriculture. Les deux inspecteurs sont membres du Conseil général de l’Alimentation, de l’Agriculture et des Espaces Ruraux. Ils ont pour mission d’aider la filière, en particulier le Comité national de la promotion de l’oeuf (CNPO), à renforcer ses actions. Autre ambition : celle de donner aux opérateurs une meilleure visibilité sur le marché et explorer « les possibilités pour la filière d’approches collectives pour la prospection de nouveaux marchés à l’export ». Leurs conclusions devront être remises à Stéphane Le Foll début octobre 2013.
Découvrez l'intégralité de l'article dans le Journal Horizons NPDC
Partager sur

En relation avec cet article