Écrit le 20 mai 2014 par Horizons

Biocatalyse : Inra et Soufflet renforcent leur partenariat

Ces produits à fort contenu biotechnologique, fabriqués à partir de micro-organismes nourris avec des céréales et oléagineux ou leurs dérivés, ont de nombreux avantages en alimentation humaine, animale, fertilisation, production de biocarburants. De nouveaux débouchés à forte valeur ajoutée en perspective.

Le développement d’une technologie moins coûteuse

La collaboration entre Soufflet et l’inra, lancée peu après le démarrage du programme de Soufflet en biotechnologies en 2008, sera renforcée. Marion Guillou, p.-d.g. de l’Inra, et Jean-Michel Soufflet, président du directoire du groupe Soufflet, ont signé un contrat de partenariat en vue de développer des biocatalyseurs, des substances comme les enzymes, vitamines, protéines.

Les deux partenaires ont ainsi décidé de renforcer leur partenariat. La convention prévoit une collaboration renforcée sur une durée de cinq ans à compter du 1er janvier 2012. « Nous espérons que les connaissances sur les interactions entre les milieux microbiens et le système digestif des animaux d’élevage seront intéressantes pour votre groupe », a déclaré Marion Guillou à Jean-Michel Soufflet, patron du groupe de négoce.

Soufflet, déjà producteur d’enzymes, compte pousser cette activité de pointe grâce aux procédés de fermentation en milieu solide, « nettement plus économes en eau et en énergie que la fermentation en milieu liquide », a précisé Jérôme Souppe. Le groupe fabrique déjà un produit, avimalt, du blé malté fermenté, utilisable en alimentation animale. il est commercialisé en France, en Europe, Amérique du Sud et Asie. Les micro-organismes qui produisent les biocatalyseurs développés par Soufflet et l’inra sont principalement des champignons filamenteux, nourris avec des céréales, des oléagineux ou des co-produits (sons, tourteaux, pulpes de betteraves).

Les travaux communs déjà en cours portent sur des bactéries probiotiques en alimentation humaine à l’Inra de Jouy-en-Josas, sur l’action des biocatalyseurs dans l’alimentation des vaches, porcs, poulets, poissons avec le département Phase de l’Inra, et sur la caractérisation de fibres alimentaires pour la mise au point d’une boisson ayant des effets bénéfiques sur la santé à l’Inra de Nantes.

De nombreux débouchés en perspectives

Les biocatalyseurs ont de nombreux avantages, a développé Jérôme Souppe, directeur de la recherche en biotechnologies chez soufflet, lors de la présentation du partenariat Inra-Soufflet. Ils permettent d’hydrolyser des polymères difficiles à transformer en sucres simples (cellulose, hémicellulose, pectines), un avantage qui sera de plus en plus utile dans les usines de biocarburants de seconde génération, qui auront à « digérer » des matières premières lignocellulosiques, plus difficiles à dégrader que les matières premières comestibles (grain de blé, de maïs, betterave sucrière).

Ils peuvent faciliter la digestibilité de protéines difficiles à dégrader et ainsi d’améliorer les performances en nutrition animale des céréales et oléo-protéagineux, et leurs co-produits.
Ils permettent aussi d’améliorer la performance de fermentations liquides industrielles par l’apport de métabolites (composés organiques intermédiaires) bénéfiques en nutrition comme les vitamines, peptides ou oligosaccharides d’intérêt, par exemple pour la nutrition de la levure éthanolière ou pour la production d’acide lactique.

De même, ils rendent possibles des progrès sur les qualités nutritionnelles et organoleptiques des matrices alimentaires à base de céréales grâce à une meilleure disponibilité des oligo-éléments, des protéines, des vitamines et des fibres (produits à propriétés bénéfiques pour la santé).

En outre, ils permettent également d’assurer la bio-protection des cultures céréalières pour lutter contre la fusariose du blé ; un programme, Bioprotec, est d’ailleurs en cours chez soufflet à cet effet. ils autorisent en outre la création des engrais biologiques pour les grandes cultures telles le blé. Enfin, ils permettent de développer des agro-tensio-actifs naturels et performants.

Découvrez l'intégralité de l'article dans le Journal Horizons NPDC
Partager sur

En relation avec cet article