Archives mensuelles : septembre 2016

vache

Prairies : 35% des régions fourragères en baisse de production au 20 septembre

vache

Au 20 septembre, la production d’herbe des prairies est déficitaire pour 35% des régions fourragères, selon une note de conjoncture du 30 septembre d’Agreste.

Les régions fourragères de Bretagne, de Basse-Normandie, du Massif Central, de Franche-Comté et du pourtour méditerranéen sont globalement en déficit. «Partout ailleurs, la production est normale, voire excédentaire pour 10 % des régions», observe Agreste. La pousse de l’herbe intervenue entre le 20 août et le 20 septembre a fortement pâtit du temps chaud et sec qui s’est maintenu depuis la mi-août sur tout le territoire. Elle est inférieure à la pousse de référence sur la même période sur l’ensemble du territoire. «La production cumulée des prairies permanentes est estimée à 93% de la production cumulée de référence à la même période, soit en baisse de 12 points par rapport au mois précèdent», constate Agreste.

moissonneuse

Manuel Valls et Stéphane Le Foll présenteront leur plan de soutien à l’agriculture le 4 octobre

C’est le 4 octobre que Manuel Valls et Stéphane Le Foll présenteront un ensemble de mesures de soutien aux filières agricoles en difficulté.

Stéphane Le Foll a donné cette date en réponse à la question de Jean-Claude Requier (RDSE), sénateur, concernant les actions du gouvernement pour les filières céréalières, d’élevage et des fruits et légumes, lors des questions au gouvernement, le 29 septembre. «Les inondations et le printemps humide ont conduit à des baisses de rendement [en céréales, ndlr] jamais vues depuis une trentaine d’années», a souligné le ministre.moissonneuse

abeille

Le ministère de l’Agriculture annonce la création d’un certificat de spécialisation apiculture

abeille

Le ministère de l’Agriculture a annoncé la création d’un certificat de spécialisation «apiculture», selon un communiqué le 26 septembre. Il doit «permettre à des apiculteurs ou futurs apiculteurs de suivre une formation spécialisée et diplômante d’environ 600 heures.»

Le certificat qui devrait être ouvert à la rentrée 2017 sera accessible aux adultes en formation professionnelle dans les CFPPA (centre de formation pour adultes) et des lycées agricoles, précise le ministère. Ce type de certificat qui existe également pour l’aviculture ou l’élevage caprin doit permettre à des apiculteurs de s’installer professionnellement. Jusque-là, il n’existait qu’un diplôme plus généraliste, un brevet professionnel «Responsable d’exploitation agricole» (équivalent Bac) comportant un module apiculture. Cette voie permet de former 80 à 100 personnes par an. Le nouveau certificat de spécialisation apiculture devrait permettre de doubler le nombre de diplômés en apiculture.

pommiers

Une petite année pour la récolte de fruits à cidre

pommes

2016 est une petite année pour la récolte de fruits à cidre, indique la Fédération nationale des producteurs (FNPFC).

La production passerait ainsi de 261 000 tonnes en 2015 à 222 000 tonnes cette année. Cette variation s’explique par l’alternance des années de production haute et de production basse. Lors des précédentes années « basses », la production était à peine de l’ordre de 200 000 tonnes (en 2014), voire plutôt entre 180 000 et 190 000 tonnes. 2016 se tient donc dans la partie supérieure des années « basses ».

rondins bois

Stéphane Le Foll annonce un budget de 28M€ pour le Fonds stratégique forêt-bois

rondins bois

« La part de l’Etat au fonds stratégique forêt-bois sera de 28 M€. On va l’inscrire dans la loi de finances », a annoncé Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture, lors d’un colloque organisé par l’association française des eaux et forêts à Paris, le 26 septembre.

Il s’agit d’une hausse par rapport à la loi de finances précédente. Cette ligne budgétaire fait partie du programme 149 dans lequel l’Etat avait dédié 17,7 millions d’euros en crédits de paiement pour le fonds forestier en 2016. L’objectif est d’investir les dessertes forestières, l’amélioration économique et écologique des peuplements ou encore la mécanisation des entreprises du bois. Par ailleurs, le ministre a annoncé que 25 candidatures ont été recueillies dans le cadre de l’appel à manifestation d’intérêt pour la construction d’immeubles en bois. Le 17 octobre, une dizaine de sites seront désignés pour participer à un concours du Puca (plan urbanisme construction architecture) qui débutera en décembre. Les lauréats seront dévoilés en juin 2017.

Logo GD new2

Génétique : alliance d’Origenplus et Genes diffusion sur l’activité bovine

Logo GD new2

Les deux entreprises coopératives de sélection et reproduction animales, Origenplus et Genes diffusion, ont annoncé dans un communiqué commun le 23 septembre leur alliance sur les activités bovines.

Cette alliance se concrétisera par l’adhésion d’Origenplus à Genes diffusion pour les activités Holstein et Charolaise, et par la création d’une nouvelle société en race Normande, la société Origen Normande. Leur alliance constituerait le deuxième acteur génétique française, annoncent les deux groupes, qui prévoient des économies d’échelle sur les outils industriels, leurs programmes de recherche et leur activité à l’international.

lait bio

Réduction de la production laitière de l’UE : l’enveloppe budgétaire serait déjà atteinte

lait

Les demandes déposées par les producteurs du lait de l’UE à l’échéance du 21 septembre auprès des administrations nationales ont d’ores auront déjà épuisé l’enveloppe de 150 millions € prévue par Bruxelles pour inciter à une réduction volontaire des livraisons de 1,05 Mt, moyennant une aide de 140 €/t, selon de premières indications de sources professionnelles.

Ce soutien peut être complété au niveau national dans le cadre d’une dotation de 350 Mio € répartie entre les États membres. En France, quelque 12 800 éleveurs auraient fait une demande, soit environ 20 % des producteurs laitiers, pour une quantité globale non encore précisée.

cochons

Les cours du porc continuent de grimper

cochons

La séance du marché du porc breton (MPB) du 22 septembre a bouclé sur une cotation en hausse, par rapport à la semaine précédente, de 0,8 centimes le kilo, pour atteindre 1,534 euro le kilo.

Le cours continue de grimper alors qu’il baisse traditionnellement à partir du mois de septembre. « Tous les poids carcasse recensés sont au plus bas, ce qui est surprenant pour une mi-septembre », commente le MPB dans son commentaire de la séance du jour, qui s’interroge sur le moteur de cette hausse (baisse des cheptels de truies en Europe, achats asiatiques). C’est la huitième semaine consécutive de hausse enregistrée depuis la fin juillet. Le cours a dépassé la barre des 1,40 euro le kilo depuis la fin juin, et les 1,50 euro le kilo début septembre.

betterave3

Post-quotas : Tereos relève son objectif de production de betteraves

betterave3

Tereos a relevé son objectif de production à 19 Mt de betteraves après la fin des quotas, a-t-il indiqué le 21 septembre, jour de démarrage de sa campagne 2016 annoncée à «près de 15 Mt».

« En février 2016, Tereos avait affiché un objectif ambitieux pour conforter le revenu betteravier post 2017 : développer la production de 20% afin de mieux absorber les coûts fixes de transformation. L’objectif de 18 Mt de betteraves qui avait été annoncé a été largement dépassé puisque la contractualisation atteindra 19 Mt. » Une hausse attribuée en grande partie à l’accroissement des surfaces chez les planteurs et à l’arrivée de nouveaux adhérents.

pommes de terre

La récolte de pommes de terre du nord-ouest européen inférieure de 2,2 % à la moyenne

pommes de terre

Comparée à la moyenne des cinq dernières années, la récolte 2016 de pommes de terre des cinq principaux pays de l’UE (France, Royaume-Uni, Belgique, Pays-Bas, Allemagne) serait de 2,2 % inférieure, alors que les surfaces ont augmenté de 3,6 %, a indiqué le 20 septembre le NEPG (Groupe des producteurs de pommes de terre du Nord-ouest européen).

Pour ces pays, la récolte devrait tourner autour de 24,91 millions de tonnes (MT) de pommes de terre de consommation, contre 25,31 MT en 2015. Soit une production globale en baisse de 1,6 %. Les rendements sont bas du fait des conditions sèches qui ont prévalu pendant l’été, et ce juste après de fortes attaques de mildiou, qui ont érodé le rendement et qui ont augmenté les coûts de fongicides de 300 € par hectare, selon le NEPG.