Archives mensuelles : mai 2016

vache

Lait : des « cellules départementales de prévention » pour lutter contre la crise

vache

Les acteurs du Pacte laitier, signé il y a un an, se sont de nouveau réunis le 24 mai à la demande de la Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL) et ont émis l’idée d’«une cellule départementale de prévention technique» liée aux organismes de conseils (CER, GDS, APCA) afin de prévenir les difficultés des éleveurs, selon André Bonnard, secrétaire générale de la FNPL.

« Il s’agit de tirer la sonnette d’alarme avant que l’agriculteur ne se retrouve confronté à des difficultés techniques. […] La crise provoque une démotivation et la technicité de l’élevage peut facilement prendre l’eau », souligne-t-il. Une porte d’entrée pour prendre en compte également les difficultés de l’exploitant sur le plan humain. « Les banquiers ont demandé à être intégré s» à ces cellules, observe André Bonnard. « Si un éleveur a des difficultés financières pour un problème technique, c’est plutôt une bonne nouvelle », conclue-t-il car une solution existe.

phagri-exp-011-006_A4

Les surfaces agricoles en bio augmentent de 23%

phagri-exp-011-006_A4

« La bio passe la vitesse supérieure et peut encore faire mieux », a annoncé Didier Perréol, président de l’Agence bio, à Paris, le 25 mai.

En 2015, les surfaces agricoles en bio ont augmenté de 23% par rapport à 2014. Ainsi, les terres bio françaises occupent 1,375 million d’hectares, soit 5,1% de la surface agricole utile du pays. Par ailleurs, le nombre de fermes bio en France fin 2015 est de 28884 (+9% par rapport à 2014).

Les filières les plus dynamiques en termes de conversion sont les bovins laitiers avec plus de 530 conversions, les bovins allaitants avec plus de 380 conversions et les grandes cultures avec plus de 650 nouvelles fermes. En valeur, le marché de la bio atteint 5,76 milliards d’euros (+14,7% en 2015 par rapport à 2014).

lait

Lait : vers un nouveau relèvement du plafond d’intervention publique pour la poudre

lait

Le nouveau plafond d’intervention pour les achats publics de poudre de lait écrémé est sur le point d’être atteint, comme le confirment les dernières données publiées le 25 mai par la Commission européenne.

Bruxelles avait doublé ce plafond le 20 avril, de 109 000 t à 218 000 t. Au 23 mai, 216 791 t avaient déjà été stockées principalement par l’Allemagne, la France et la Belgique (plus de 40 000 t chacune). Le commissaire européen à l’agriculture, Phil Hogan, auditionné le 24 mai par les députés de la commission de l’agriculture du Parlement européen, a jugé inévitable une nouvelle hausse de ce plafond. En attendant, la Commission devra de nouveau entrer dans un dispositif d’appel d’offres comme elle l’a fait début avril en achetant 27 000 t de poudre.

LucVermeulen

Luc Vermeulen, nouveau président de la Fédération nationale des Cuma

LucVermeulenA l’occasion du congrès de la FNCuma, le 25 mai, le conseil d’administration de l’organisation a élu un nouveau bureau et un nouveau président en la personne de Luc Vermeulen, 50 ans, exploitant en grandes cultures dans le Nord-Pas de Calais. Stéphane Gérard, président sortant, ne souhaitait pas se représenter pour un troisième mandat, explique la FNCuma.

Photo CopyrightThierrySAMUEL
salers

Cas de vache folle dans les Ardennes : les bêtes bientôt abattues

salers

Une cinquantaine de bêtes seront abattues le 27 mai, à la suite d’un cas de vache folle détecté en mars dans une exploitation agricole des Ardennes, a-t-on appris le 24 mai auprès du préfet du département.

Des prélèvements réalisés par le ministère de l’Agriculture avaient confirmé, le 24 mars, que l’animal malade était bien atteint d’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB). La présence d’un cas d’ESB dans cet élevage suffit pour que la France ait été rétrogradée au statut de «pays à risque contrôlé», perdant celui de «pays à risque négligeable» qu’elle avait retrouvé en mai 2015. Selon les règles de l’Organisation internationale de la santé animale (OIE), «la France devra attendre de nouveau sept ans pour revenir dans la catégorie précédente», a précisé, le 24 mai, le responsable de la commission spécialisée, Etienne Bonbon, en marge de l’assemblée générale annuelle de l’organisation à Paris

Antenne

Numérique : plus aucune commune en zone blanche d’ici fin 2016, selon Axelle Lemaire

Antenne

Une troisième campagne de recensement des communes situées en zone blanche (zone n’ayant pas de couverture numérique mobile) sera lancée cet été et suivie de mesures dès le mois d’octobre afin que d’ici la fin de l’année, « il n’y ait plus, en France, une seule commune en zone blanche », a déclaré Axelle Lemaire, secrétaire d’État chargée du numérique, devant la commission des affaires économiques de l’Assemblée nationale le 24 mai.

Par ailleurs, pour les zones mal couvertes (en zone grise), Axelle Lemaire assure qu’à la mi 2017, 3000 communes supplémentaires seront couvertes, a minima en 3G. La couverture numérique « est une chance pour les zones rurales », a rappelé la secrétaire d’État.

eoliennes

Matières premières : Emmanuel Macron défend une politique de long terme et de souveraineté

eoliennes

Le ministre de l’Économie Emmanuel Macron a défendu une politique de long terme et de souveraineté dans le domaine des matières premières, à l’occasion de la 30ème édition de l’ouvrage collectif annuel «Cyclope» sur les matières premières, le 24 mai.

Qu’il s’agisse de transition énergétique ou de réduction de la dépendance en protéines, le ministre a placé la consolidation de la souveraineté comme un «axe prioritaire». «Il ne faut pas être autarcique, mais il ne faut pas non être court-termiste» a-t-il souligné, rappelant que la confrontation du court terme et du long terme créée souvent des «tensions» politiques. «Il est important de maintenir une stratégie industrielle pour amortir les chocs et contre-chocs (de cours) et ne pas perdre notre savoir-faire. Je regrette qu’on ait perdu des compétences, je pense notamment aux OGM», a déclaré le ministre de l’Économie sous les applaudissements.

Tomates grappe

Prix et origine des tomates en magasin : Légumes de France pourrait durcir le ton

Tomates grappe

Les producteurs de légumes de la FNSEA craignent « une situation conjoncturelle particulièrement compliquée » pour la tomate française.

Alors qu’ils annonçaient le 29 avril de prochaines « visites » dans les magasins, afin de contrôler les origines et les prix des produits, les producteurs constatent « des prix au détail totalement déconnectés par rapport à la situation de marché » et beaucoup de produits d’importation, affirme Légumes de France dans un communiqué du 23 mai. Les producteurs de tomates appellent la distribution « à jouer le jeu de l’origine France et à afficher en magasin des prix cohérents», et laissent planer la menace d’«actions de revendication plus vives ».

fourrage porcelets

Porc : les cours retrouvent leur niveau de 2015 grâce à la demande chinoise

fourrage porcelets

Les cours européens du porc en France, en Allemagne et en Espagne viennent de retrouver leur niveau de 2015, alors qu’ils étaient en retrait depuis le début de l’année, rapporte le marché du porc breton (MPB) dans une note de conjoncture parue le 23 mai.

La situation de surproduction dans laquelle est plongée le marché européen depuis plusieurs mois est compensée, depuis quelques semaines, par « la demande massive » de la Chine, qui permet « de retrouver de la fluidité dans les offres, situation impensable il y a un mois ». Sur le premier trimestre 2016, les exportations de l’Europe vers la Chine (dont Hong-Kong) ont progressé de 65%. La cotation de Plérin a atteint 1,217 euro le kilo, le 19 mai.

BETTERAVES CIB - X.Laude

Betteraves : Xavier Laude quitte la présidence de la CIB

BETTERAVES CIB - X.Laude

Dans le nouveau contexte réglementaire de la réforme OCM unique, avec notamment la libéralisation des marchés consécutive à la suppression des quotas sucre, Xavier Laude a présenté sa démission de président du Conseil d’Administration du syndicat betteravier du Nord – Pas-de-Calais (CIB), alors que celui-ci tient son assemblée générale demain, mercredi 18 mai.

« Réuni le 13 mai 2016, le Conseil de la CIB a élu Christophe Mullie, planteur à Foncquevillers près d’Arras, président intérimaire, à l’unanimité, indique un communiqué de la CIB. Le nouveau président a remercié chaleureusement Xavier Laude pour son action sans concession au bénéfice des planteurs.  Les administrateurs ont salué l’engagement de Xavier Laude, et apporté tout leur soutien à la filière betterave sucre qui est en train de construire un nouvel avenir dans la préparation de l’après quotas ».