Archives mensuelles : avril 2016

cochons

Porcs : les abattages se replient fortement en mars

fourrage porcelets

Les abattages de porcs se replient fortement en France au mois de mars (-5% en têtes, et -3% en volumes par rapport à mars 2015), constate le ministère de l’Agriculture dans une note de conjoncture parue le 26 avril.

Sur le début d’année (janvier-février), les abattages s’étaient jusqu’ici maintenus, augmentant de 0,9% en têtes, et de 2,3% en volumes. Autre chiffre apporté par cette note: les exportations avaient progressé vers les pays tiers (+4600 tonnes équivalent carcasse) en février ; à l’inverse, les importations s’étaient repliées (-10%, soit 4700 téc), notamment depuis les principaux fournisseurs, l’Espagne et l’Allemagne.

Carcasses boeuf

Viande bovine : les industriels s’inquiètent de l’évolution de la conjoncture

Carcasses boeuf

Trop d’offre, peu de consommation, la conjoncture « viande bovine » n’a « pas de quoi rassurer », estime Culture Viande, le syndicat des industriels de la viande, dans sa lettre hebdomadaire du 26 avril.

Tout d’abord, « il est constaté un déséquilibre entre l’offre et la demande » rapporte le syndicat, qui reprend les éléments de conjoncture de l’Institut de l’élevage. « Portée par la décapitalisation dans le troupeau laitier, les abattages de vaches laitières ont augmenté de 5% sur les trois premiers mois de l’année 2016 » et le cheptel allaitant comptait 60 000 têtes de plus au 1er mars.

« A l’autre bout de la chaîne, la consommation de viande bovine est en recul de 0,9% depuis le début de l’année », observe Culture Viande. « Dans ses prévisions pour 2016, l’Institut de l’élevage parvient à un équilibre si les exportations augmentent de 5%, si les importations baissent de 6% et si la consommation ne baisse que de 1% », continue le syndicat qui annonce une campagne de communication « musclée » de la part d’Interbev, en mai juin, afin de favoriser la consommation.

Valls

Conférence environnementale : la feuille de route 2016 sera lancée en juin prochain

Valls

« Nous allons examiner les propositions émanant des tables-rondes et la feuille de route 2016 sera actée avant fin juin », a déclaré Ségolène Royal, ministre de l’Ecologie, lors de la Conférence environnementale, le 26 avril.

Certaines mesures discutées dans la matinée sont déjà validées. Le Premier ministre Manuel Valls a demandé à ce que les coûts de raccordement photovoltaïque et de biogaz soit revus pour « accélérer le développement de ces ressources », un « revenu complémentaire pour les agriculteurs », précise-t-il. Par ailleurs, Marc Mortureux, directeur général de la prévention des risques du ministère de l’écologie, a annoncé qu’une grande étude épidémiologique « va être engagée » sur la santé des riverains des parcelles agricoles traitées par des phytos.

genisses

Antibiotiques vétérinaires : un chiffre d’affaires en baisse de 40% en 2015, selon S. Le Foll

genisses

« En 2015, le chiffre d’affaires des antibiotiques vendus dans le domaine vétérinaire est en baisse de 40% », a déclaré Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture, lors de la Conférence environnementale à Paris, le 26 avril.

Le Simv (syndicat de l’industrie du médicament et réactif vétérinaires) précise que « le chiffre d’affaires des « anti-infectieux » (dont les antibiotiques) a diminué de 42,81% chez ses adhérents entre 2014 et 2015 ». En volumes, l’Anses précise que les données 2015 des ventes d’antibiotiques vétérinaires ne seront disponibles qu’en octobre prochain. Pour rappel, l’objectif du plan Ecoantibio 2012-2017 est de diminuer l’utilisation des antibiotiques (en volumes) de 25% en cinq ans.

viande

Boucherie : une charte éthique pour garantir de bonnes conditions d’abattage

viande

Interrogé le 24 avril sur Europe 1, Christian Lelann, président de la Confédération nationale de la boucherie, a annoncé la volonté de créer une charte éthique afin d’assurer au consommateur le respect des bonnes conditions de vie et d’abattage de l’animal.

« Avec toutes ces images qui sont diffusées, vous avez envie, vous, de manger un bout d’agneau de l’abattoir de Mauléon, même s’il a le Label rouge et que c’est un animal du pays basque ? », s’est-il exclamé. « Il faut que l’animal soit élevé naturellement, dans de bonnes conditions. Il ne s’agit pas de faire des usines à viandes. […] Il doit être anesthésié dans des conditions dignes, sans qu’il y ait aucune souffrance », a-t-il continué. La charte éthique pourrait voir le jour à l’automne prochain et permettra au boucher de « garantir qu’il y a bien eu toutes les étapes nécessaires ».

legumes 3

Fruits et légumes : Bruxelles va « fortement » réduire son dispositif face à l’embargo russe

legumes 3

L’enveloppe du nouveau programme de soutien au secteur des fruits et légumes pour faire face à l’embargo russe que la Commission européenne présentera dans les prochaines semaines sera « fortement revue à la baisse », a prévenu son représentant devant la commission de l’agriculture du Parlement européen le 25 avril.

Ce nouveau programme doit prolonger d’un an le dispositif actuel qui arrivera à échéance au mois de juin. Mais, estime Bruxelles, depuis près de deux ans que les exportations vers la Russie sont bloquées, les opérateurs se sont adaptés et ont trouvé de nouveaux marchés. La Commission européenne a déjà dépensé 262 millions € pour le retrait d’un million de tonnes de fruits et légumes du marché.

Canal

Canal Seine Nord Europe : un début des travaux en 2017 ?

Canal

Une nouvelle étape a été franchie hier vers la réalisation du Canal Seine Nord. Le Conseil des ministres a adopté l’ordonnance relative à la création de la Société du Canal Seine Nord Europe dont l’objectif est double : réaliser cette infrastructure fluviale pharaonique et développer l’activité économique autour de ce projet.

Avec un lancement des travaux prévu en 2017, le Canal Seine Nord pourrait être opérationnel en 2023 et ainsi relier les bassins de la Seine et de l’Oise aux quelque 20 000 kilomètres du réseau fluvial européen à grand gabarit, ainsi que les grands ports de la Mer du Nord. Le tracé de ce canal doit s’étendre sur 107 kilomètres, avec un coût estimé entre 4,5 et 4,8 milliards d’euros.

Pour les élus du Conseil régional des Hauts de France, son président Xavier Bertrand et Gérald Darmanin, vice-président délégué aux transports et aux infrastructures de transport, la création de cette société « est un premier pas qui devra rapidement être suivi d’autres étapes pour que ce grand et beau projet voie effectivement le jour ». Lundi prochain, l’ensemble des départements concernés par le projet de canal – le Nord, le Pas-de-Calais, la Somme et l’Oise ainsi que les Régions Hauts-de-France et Ile-de-France devraient se réunir dans le bureau d’Alain Vidalies, le secrétaire d’Etat chargé des transports, afin de trouver un accord sur le protocole de financement ; alors que l’on sait que 40% du projet pourra être financé par des fonds européens.

Salade

Bilan de campagne : la laitue en baisse, les carottes et les endives en hausse

Salade

Les niveaux «remarquablement bas» des cours de la laitue sont remontés au dernier trimestre de la campagne 2015-2016, dépassant ceux de la moyenne quinquennale, mais encore 9% inférieurs à ceux de mars 2015, selon une note de conjoncture Agreste du 14 avril.

La chicorée n’a pas enregistré de remontée des cours. En fin de campagne, ils sont inférieurs, de 30%, à ceux de la fin de campagne précédente et de 28% à ceux des cinq dernières campagnes. Une tendance qui peut s’expliquer par une demande «faible» alors que les surfaces comme la production ont augmenté de 14%.

Les volumes de carottes mis en marché sont restés importants au cours de la campagne qui s’achève (+2% par rapport à la dernière campagne) malgré une légère baisse des surfaces (-1%). Les cours, «en nette hausse» en mai et juin, sont redescendus au niveau de la moyenne quinquennale à compter du mois de juillet et jusqu’à la fin de la campagne.

Pour les endives, les cours remontent au mois de mars, et dépassent de 7% ceux de l’an dernier.

Enfin, la campagne de fraises démarre «timidement», avec une offre «en retrait par rapport à l’année 2015». Les importations sont en forte hausse: + 58% en provenance d’Espagne et +18% en provenance du Maroc.

le foll

Stéphane Le Foll propose aux Maisons familiales rurales de fixer leur budget jusqu’à 2018

le foll

Stéphane Le Foll s’est engagé à rencontrer l’union nationale des Maisons familiales rurales (MFR) afin de travailler avec elles sur un avenant au «contrat» qui définit les moyens attribués aux MFR.

A l’occasion du congrès national des MFR le 14 avril, le ministre de l’Agriculture a indiqué que cet avenant permettrait aux MFR d’avoir de la visibilité jusqu’à 2018 (le protocole signé en 2013 devait arriver à terme en 2017), «au delà des échéances électorales». Les MFR, qui s’appuient sur leurs bons résultats en termes de résultats aux examens et de taux d’emploi, déplorent des contraintes budgétaires «partiales et injustes», selon les termes de leur président Xavier Michelin. «Je vous promets de répartir l’effort (budgétaire, NDLR) de manière équitable», a répondu le ministre, qui s’est réjouit de l’accueil des congressistes: «Je suis heureux de recevoir de l’écoute et un peu de respect».

supermarché

Porc : l’interprofession veut assouplir la réglementation sur les promotions

supermarché

Selon plusieurs sources proches du dossier, jointes le 14 avril, l’interprofession porcine Inaporc souhaite que le ministre de l’Agriculture assouplisse l’arrêté du 10 juin 2015, qui réglemente les promotions de viande porcine fraîche.

Cet arrêté, d’une durée de validité d’un an, a fixé deux périodes de promotion libre (janvier et septembre) et imposé, le reste de l’année, que les prix promotionnels ne descendent pas en dessous de 50% du prix moyen constaté le mois précédent en fonds de rayon. Confronté à une baisse de la consommation de porc frais ces derniers mois, Inaporc souhaite baisser ce pourcentage à 35%, afin de redynamiser les ventes.